www.jaimaplace.com

Languages

La LNH prête pour le plan B

QUÉBEC - Dès la semaine prochaine, la LNH pourrait se résigner à abandonner pour de bon sa tentative désespérée de sauver les Coyotes de Phoenix, privilégiant plutôt le transfert de la moribonde concession vers une autre ville.

Ainsi, il n'y a pas seulement le mercure qui a grimpé en flèche mercredi à Québec, mais aussi la fièvre du retour possible des Nordiques dans la ville que la LNH a désertée en 1995.

Le journaliste du réseau TSN Darren Dreger a diffusé cette information en milieu de soirée.

«À moins qu'il n'y ait du progrès réalisé cette semaine dans le dossier de la vente des Coyotes, la LNH entamera l'étude de son plan B. Seattle, Québec, Las Vegas et Kansas City sont considérées, a-t-il écrit sur son compte Twitter. Deux ou trois groupes sont toujours dans le coup pour acheter les Coyotes et d'autres pourraient émerger, mais le plan B doit être considéré.»

Pas de commentaires

Ayant eu vent de cette information, la LNH s'est faite plus muette que jamais dans un échange de courriels avec «Le Journal de Québec».

Cette bribe de nouvelle est-elle véridique ou est-ce de la pure spéculation? Un quelconque commentaire à formuler? a-t-on demandé à Bill Daly, commissaire adjoint.

«Non, je n'en ai pas», a simplement répondu le bras droit de Gary Bettman, visiblement peu enclin à discuter.

Pourtant, le 21 février, le «Phoenix Business Journal» rapportait qu'une entente était pratiquement conclue entre la LNH, propriétaire de l'équipe de l'Arizona depuis sa faillite en décembre 2009, et un groupe d'acheteurs mené par Greg Jamison, ex-chef des opérations des Sharks de San Jose.

Aucun progrès

La ligue avait démenti cette information le lendemain et depuis, aucun progrès digne de mention ne semble avoir été enregistré dans le dossier. Cette transaction aurait permis de maintenir les Coyotes à Phoenix.

Si la LNH se tourne réellement la semaine prochaine vers l'option d'un déménagement, Québec pourrait devoir rivaliser avec des villes comme Seattle, qui tente de se doter d'un nouvel amphithéâtre et qui apporterait une rivalité géographique avec Vancouver, et Kansas City, qui a ouvert en 2007 le Sprint Center, un aréna flambant neuf de 18 500 places, au coût de 276 millions $ américains.

Agence QMI  Stéphane Cadorette
21/03/2012 21h05